Et maintenant battez-vous !

Et maintenant battez-vous !

 

   L’expression « Le moral des français est en berne » est cette fois adossée à une réalité.  Nous avons tous bien compris que le confinement va durer.... jusqu’à mi-mai, mi-juin, fin juillet  qui peut le dire ?

   Ce qui est certain c’est que tout est chamboulé par un ennemi invisible et que rien ne sera tout à fait pareil après cette période.

   Je m'adresse particulièrement aux managers parmi vous, mais pas seulement.

   Nous avons deux façons d'aborder cette crise aussi brutale qu’imprévisible, soit nous nous asseyons par terre et nous nous recroquevillons sur nous même en attendant passivement des jours meilleurs.
Soit  nous décidons de nous battre et cherchons quelles nouvelles opportunités nous allons pouvoir saisir. Pour ma part, c'est, après un bref moment d'abattement, la seconde voie que j'ai choisi. Je sais bien qu'il n'est pas facile de passer de la posture du manager du temps de paix à celle du manager du temps de guerre,  mais dites-vous bien que vos équipes ne vous en seront que plus reconnaissantes. Si les collaborateurs supportent mal un responsable autoritaire lorsque tout va pour le mieux dans l'entreprise, en temps de crise ils seront rassurés par un manager déterminé qui a un cap .
La meilleure manière de sortir de la crise est d’avoir un objectif et de se tracer un plan de bataille pour y parvenir.
L'avenir de nos entreprises dépend davantage des décisions que nous allons prendre que des évènements extérieurs.

Jean Monnet disait : « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise »