Travail Isolé & dangereux

TravailisoleDepuis 1992, la loi oblige les entreprises à équiper les travailleurs isolés pour leur sécurité. Mais qu’entend-on par « Travailleur isolé » ? et quels sont les dispositifs à utiliser pour réduire les risques ? Tous les secteurs d’activités sont concernés car tout employé peut se retrouver isolé. Il appartient au chef d’établissement de mettre en œuvre toutes mesures propres à garantir la santé et la sécurité de ses salariés.

Travailler seul multiplie les contraintes de travail et augmente la difficulté de secourir un travailleur en détresse. L’isolement peut accroître cette situation de détresse et peut conduire à l’aggravation des dommages. Ces dimensions sont trop souvent sous-estimées en termes de prévention.

Travail isolé de quoi s'agit-il ?
Travailler de façon isolée, c’est réaliser seul une tâche dans un environnement de travail où l’on ne peut être vu ou entendu directement par d’autres personnes, et où la probabilité de visite est faible. Avec le développement de l’automatisation, des activités de surveillance et de sous-traitance, ou encore les multiplications des horaires de travail atypiques, le travail isolé progresse dans tous les secteurs d’activité.
Dans certains cas, le travail isolé s’accompagne de lourdes responsabilités à exercer seul, ou de risques d’agression, comme dans le travail d’infirmiers de nuit, ce qui peut créer de l’anxiété et rendre difficile la prise de décision. Le travail isolé peut aussi se conjuguer avec une absence de stimulation et provoquer des baisses de vigilance nuisibles à la sécurité. C’est le cas, par exemple, pour certains travaux en horaires atypiques et dans les activités de transport ou de surveillance.
L’isolement peut être à la fois physique et psychique.

Des situations de travail isolé mal repérées
Les situations de travail isolé, habituelles ou exceptionnelles, sont encore insuffisamment identifiées dans les entreprises. L’obligation d’évaluer les risques qui s’impose à l’employeur est l’occasion de repérer ces situations et d’anticiper leurs conséquences pour les travailleurs concernés, mais aussi pour leurs collègues.

 Pour que la prévention soit efficace, elle doit comprendre à la fois :

    • des mesures organisationnelles (diminuer le nombre et la durée des interventions isolées, ne pas laisser un salarié seul à un poste dangereux, améliorer la formation ou l’information du personnel concerné…),
    • des mesures portant sur l’environnement direct, le poste de travail et l’équipement (à définir en fonction des situations de travail),
    • et des actions relatives au déclenchement et à la gestion des secours.

 C’est pourquoi les mesures de prévention mises en place par l’employeur ne doivent en aucune manière se limiter à l’amélioration des capacités d’alarme (équipement en dispositifs d’alarme pour travailleur isolé ou DATI).

La recommandation R416 de la CNAM TS en un clic !

CPS FORMA vous propose une formation adaptée aux situations de travail isolé et dangereux.